luxroots.com  
Centre de Généalogie du Luxembourg

 

 

 

 


Généalogie dans la Province de Luxembourg (Belgique) (février 2016)
  
HOME Newsletters Questions&Réponses Deutsch English Français version imprimable   Transmettre cet article à vos amis
Généalogie dans la Province de Luxembourg (Belgique) (février 2016)

En Belgique et en France, beaucoup de cercles travaillent avec la
base de données ExpoActes qui réunit plus de 78 millions d'actes dont ceux des cercles suivants des provinces de Luxembourg et de Namur: Wallonia-asbl, Libramont-Chevigny, Philippeville, Dinant et Gesves. Parfois les accès de consultation sont gratuits et/ou limités voire même payants.
Notre club-voisin d'Arlon
SCGD Gelux est une association généalogique pour la province de Luxembourg, dépendant du SCGD (Service de Centralisation des Etudes Généalogiques et Démographiques de Belgique) à Bruxelles, une ASBL royale de généalogie, créée en 1944. Il dispose d'une bibliothèque consultable lors de ses réunions avec, par exemple, tous les mariages de la province de Luxembourg (ancien régime).

Des salles de lecture auprès des
Archives de l'Etat se trouvent, pour la province de Luxembourg, à Arlon (pour la partie sud) et à Saint-Hubert (pour la partie nord-ouest). Pour une visite des archives, vous devez disposer d'une carte d'accès de 20 euros par an.
Durant les années passées, les Archives de l'Etat belge ont fait un effort considérable en mettant
en ligne une grande partie de leurs actes des registres paroissiaux et de l'Etat-Civil (23 millions de pages). Pour la consultation de ces actes, vous devez disposer d'un code d'accès gratuit..
Parallèlement, FamilySearch.org a mis en ligne la majorité des actes de l'Etat-Civil de la Belgique dont notamment ceux de la
province de Luxembourg.
Vous trouvez des liens directs pour les recherches sus-mentionnées sur notre
page principale.

Une très grande partie de l'ancien Duché de Luxembourg fut cédée en 1839 à la Belgique et forme aujourd'hui la province de Luxembourg. D'un jour à l'autre, des familles entières furent déchirées et vécurent alors de l'un ou de l'autre côté de la cette nouvelle frontière. Heureusement, les relations entre les gens de la région restaient bonnes et il s'ensuivait beaucoup de mariages transfrontaliers. On peut ajouter que beaucoup de Luxembourgeois émigrèrent vers la Belgique pour y trouver du travail. Cette frontière belgo-luxembourgeoise constitue également une frontière linguistique (franco-allemande). Par conséquent, vous retrouvez avant tout dans les actes des registres paroissiaux des noms de lieu en français, en allemand voire même en luxembourgois (p.ex. Tintange, Tentingen/Tintingen, Tënnen; Cetturu, Schätereg ou Scheitrich). Souvent, il en est de même des patronymes qui changent de WATHIER à WATGEN, de MATHIEU à MATGEN, de ETIENNE à STEFFEN ou ETGEN, de PETIT à KLEIN, et bien d'autres.

luxroots s'est engagé assez tôt, à partir de 2005, dans la recherche généalogique des communes frontalières de la province de Luxembourg. A ce jour, vous trouvez dans la base de données luxroots les détails de 128.000 naissances de ces communes dont question dans le graphique saisies sur base des copies d'actes photographiés à l'époque. C'est principalement Joseph LEONARD et Joël SCHMIT, ainsi que André SCHMITZ, Josette TOMPERS, René MARX, Luc JEANGILLE et Georges EICHER qui ont réalisé majoritairement cette saisie. La saisie des actes de mariages et de décès de cette région a déjà démarré (6.199 mariages, et 4.996 décès saisis).



La saisie des détails des actes continue. Nous cherchons toujours des bénévoles pour la saisie d'actes de naissance des communes de Aubange (Athus, Halanzy, Rachecourt), Arlon (Arlon, Bonnert, Guirsch, Heinsch, Toernich), Messancy (Habergy, Hondelange, Wolkrange); de mariage et de décès des communes composantes de Attert, Bastogne, Fauvillers, Gouvy, Houffalize, Martelange et autres. 

luxroots.club asbl   HOME   myluxroots   RECHERCHE   nos associés   nos abonnements   igenealogy.lu   roots.lu   luxbooks.lu   luxroots.com asbl   Contact   
luxroots.com   keeping the past alive